La pratique du modèle vivant m’a amenée au corps. Plus exactement, à ce qui se passe à l’intérieur et se ressent visiblement sur le corps – les émotions, les contradictions, les élans. Je dessine des corps pour tracer des postures mentales. Déformés, sensibles, mes corps deviennent des images psychiques.

La matière plastique – pastels, fusains, acrylique, encre… – traduit la matière de l’esprit. Je la travaille en jouant sur les densités, sur les nuances et textures de noir pour apporter de la profondeur plastique et psychique. Mon trait est franc, les contours marqués, les matières sont nombreuses et souvent mêlées, confrontées les unes aux autres.

Mon geste insiste sur l’aspect tangible des émotions et les inscrit sur le corps. Hors-réel, passés au filtre, mes travaux tendent à extraire les corps de tout contexte pour laisser la parole à l’indicible. A ce que l’on a dedans et que l’on ne se figure pas.

Mon but est de faire de l’acte du dessin un geste sensible, qui raconte nos psychés et touche à nos esprits.

Née en 1996, Maud Dabs est diplômée de littérature de la Sorbonne et d’arts plastiques et création contemporaine de l’Ecole des Arts de la Sorbonne.